Secteur(s) professionnel(s)agriculture

Agriculture


Centre(s) d’intérêt

Me déplacer souvent / aider, conseiller


Descriptif

Le conseiller agricole accompagne les agriculteurs. À l'heure où l'agriculture se complexifie, il fait figure de partenaire privilégié de l'exploitant. Il l'aide à développer son activité, à choisir de nouveaux équipements et à améliorer la qualité.

Favoriser l'autonomie des agriculteurs et le développement des régions rurales, c'est le défi relevé par le conseiller agricole, à la fois technicien, expert et pédagogue. Spécialisé dans un domaine (porcs, boeufs, volaille, céréales...) ou polyvalent, il s'emploie à guider les exploitants vers une agriculture raisonnée. C'est-à-dire vers une pratique respectueuse de l'environnement, maîtrisant les risques sanitaires et veillant au bien-être des animaux.

 

Nature du travail

  • Relation de confiance

Comment aider une exploitation agricole en difficulté ? Quel engrais utiliser pour fertiliser les terres ? Comment diversifier les cultures et les sources de revenus ? En étroite collaboration avec l'agriculteur, le conseiller agricole cherche à répondre à ces questions. Il définit un projet et des objectifs à atteindre afin d'améliorer la quantité et la qualité de la production (végétale ou animale). Pour cela, il rencontre l'exploitant à intervalles réguliers. Une vraie relation de confiance doit s'établir car un projet peut s'étaler sur plusieurs années. Chaque exploitation étant unique, cet expert apporte une réponse adaptée à la situation, après avoir posé un diagnostic économique et technique.

  • Information et formation

Lors de réunions techniques, le conseiller agricole informe des groupes d'agriculteurs. Il rédige des rapports, transmet les résultats de la recherche agronomique aux producteurs, et les sensibilise aux problématiques de l'environnement, des crises sanitaires et de la fluctuation des prix. Il organise aussi des sessions de formation portant sur divers thèmes : la comptabilité et la gestion, le passage vers une agriculture raisonnée, le montage de demandes de subventions, les contraintes de la PAC (politique agricole commune) européenne, etc.

 

Compétences requises

  • Avoir un bon bagage technique

Pour réaliser des études et des expérimentations (tests de culture, de produits phytosanitaires...) et élaborer des plans d'action, le conseiller agricole s'appuie sur de solides connaissances dans les techniques de cultures et de production animale. Sa compétence s'étend au droit rural, à la fiscalité, à la réglementation de la PAC (politique agricole commune) européenne, aux normes environnementales, à la gestion d'exploitation, à l'utilisation de l'informatique.

  • Savoir écouter

Un agriculteur au bord du dépôt de bilan ? Le conseiller agricole est parfois amené à gérer des situations tendues. L'écoute est donc une qualité fondamentale dans ce métier de contacts. À lui aussi de savoir argumenter et de convaincre son interlocuteur des bonnes décisions à prendre même si elles semblent difficiles.

 

  • S'informer pour bien conseiller

Le conseiller agricole se tient régulièrement au courant de l'actualité technique et réglementaire de son domaine d'expertise. Il se tient informé auprès de la DDT (direction départementale des territoires) et des syndicats agricoles. À lui ensuite de relayer le message aux exploitants et de leur faire profiter des résultats des dernières expérimentations techniques.

 

Accès au métier

Aujourd'hui, ce métier est plutôt accessible après une formation à bac + 5, même s'il existe des possibilités à bac + 2. Le niveau minimum requis reste celui du BTSA (brevet de technicien supérieur agricole) ou du DUT (diplôme universitaire de technologie), mais un diplôme d'ingénieur est de plus en plus souvent exigé.

Niveau bac + 2

  • BTSA ACSE (analyse, conduite et stratégie de l'entreprise agricole) ; agronomie : productions végétales ; productions animales ; viticulture-oenologie...
  • DUT génie biologique option agronomie
  • CS (certificat de spécialisation) technicien-conseil

Niveau bac + 5

  • Diplôme d'ingénieur (ingénieur agronome, ingénieur agricole, ingénieur des techniques agricoles)

source  ONISEP 

Secteur(s) professionnel(s)

Agriculture

Centre(s) d’intérêt

Travailler en contact avec la nature / travailler dehors / m'occuper d'animaux

Descriptif

Passionné de nature, doté d'une solide formation technique et assisté d'outils informatisés, l'agriculteur est un véritable chef d'entreprise, qu'il produise des céréales, des légumes, des fruits, du lait ou de la viande...

Avant tout producteur, l'agriculteur doit parfaitement maîtriser certaines techniques : choix des cultures, préparation des sols, semis, plantations, épandage d'engrais, tout en utilisant un matériel de plus en plus perfectionné. Objectifs ? S'adapter au marché fluctuant, aux normes européennes et à la concurrence, limiter les rejets toxiques pour l'environnement. Son activité varie selon le type de production et la taille de son exploitation. Un travail parfois difficile, quelles que soient les prévisions météorologiques.


  Nature du travail

  • Propriétaire ou locataire

L'agriculteur peut être propriétaire ou occuper des terres en fermage (c'est-à-dire en location). En fonction de la taille de son exploitation, il peut embaucher des ouvriers, saisonniers ou permanents, qu'il encadre.

 

  • Un métier varié

Travail de la terre, techniques d'élevage, conduite et réparation des équipements agricoles, gestion comptable et administrative, suivi de la politique agricole commune... font partie du quotidien de ce professionnel rural.

  • Un rôle de chef d'entreprise

Quelle que soit la taille de son exploitation, l'agriculteur se pose les mêmes questions qu'un chef d'entreprise. Quelles productions choisir ? Que désire le consommateur ? Où investir (machines agricoles, équipements, bétail...) ? Comment sélectionner des fournisseurs ? Autant de questions pour anticiper l'avenir et respecter les critères de label de qualité et les normes européennes.

 

  • Diversifier l'activité de base

Pour améliorer ses revenus, l'exploitant peut se lancer dans le tourisme vert ou rural : accueil à la ferme, ferme-auberge, vente de produits bio, visites pédagogiques du terroir...

 

Compétences requises

  • Technique et sens tactique

L'amour de la nature et du travail au grand air ne suffit pas pour devenir agriculteur. Le métier est parfois rude et ne s'improvise pas. Pour assurer la survie de l'exploitation, un savoir-faire de plus en plus technique est nécessaire, notamment en commerce et gestion.

 

  • Sens de l'adaptation

En agriculture, il faut s'adapter rapidement aux nouveaux modes d'alimentation et se positionner dans les bons créneaux, le bio par exemple. Mais, pour obtenir une production en limitant les engrais chimiques, il faut connaître les produits, les méthodes, faire une analyse globale de la situation, faire appel à des spécialistes et utiliser des logiciels spécialisés en gestion d'exploitation.

 

Accès au métier

Pour bénéficier d'aides, les agriculteurs doivent justifier d'une CPA (capacité professionnelle agricole). Ils doivent être titulaires d'un diplôme au moins équivalent au niveau bac pro conduite et gestion de l'exploitation agricole, BP responsable d'exploitation agricole, BTSA (bac + 2) analyse et conduite de systèmes d'exploitation, etc. Les plus motivés peuvent poursuivre leurs études en écoles d'ingénieurs d'agronomie ou d'agriculture.

Niveau bac

  • Bac STAV
  • Bac pro conduite et gestion de l'exploitation agricole

Niveau bac + 2

  • BTSA analyse et conduite de systèmes d'exploitation
  • BTSA productions animales
  • BTSA Agronomie : productions végétales

Niveau bac + 5

  • Diplôme d'ingénieur

source  ONISEP