Secteur(s) professionnel(s)

Fonction publique / secteur du traitement et de la distribution des eaux


Centre(s) d’intérêt

Préserver l'environnement / contrôler la qualité, expertiser


Descriptif

Décantation, filtration, désinfection... Le technicien d'exploitation produit de l'eau potable à partir d'une nappe souterraine ou d'une rivière. Il veille au bon fonctionnement des systèmes de production et au traitement des eaux usées ou industrielles.

Dans la salle de commandes de son usine, le technicien d'exploitation de l'eau surveille les différents paramètres de débit et de qualité de l'eau. Chargé d'assurer la qualité de ce précieux liquide, il veille au bon fonctionnement du processus aux commandes d'un système de gestion technique centralisé. Disponible et réactif, il peut travailler dans le privé (3/4 des emplois) ou dans le secteur public.



Nature du travail

  • Pilote de l'usine

Le technicien d'exploitation surveille les différents paramètres de débit et de qualité de l'eau grâce à un tableau électronique mural, tout en commandant à distance, depuis un système de gestion technique centralisée. De là, il va, par exemple, agir sur les pompes pour réguler le débit en fonction du niveau dans les réservoirs, modifier le taux de chlore ou d'ozone pour le traitement de l'eau, ou encore mettre en marche un filtre.

 

  • Surveillant général

Plus encore que la quantité, il doit assurer la qualité de l'eau distribuée. À la production, le technicien est donc aux ordres du laboratoire : c'est celui-ci qui dictera le taux de traitement d'après les résultats des analyses ou qui décidera de l'arrêt de l'usine s'il y a, par exemple, une alarme hydrocarbure signalant, au niveau de la prise d'eau, une pollution en rivière.

 

  • Chef de la maintenance

En cas d'incident, le technicien d'exploitation cherche, dans l'urgence, à comprendre ce qui se passe, pose un diagnostic et aiguille au plus vite l'équipe de maintenance. Puis il remet l'usine en route. De fait, si le processus de traitement de l'eau est presque entièrement automatisé, le technicien doit être capable de reproduire manuellement chaque séquence du procédé de traitement des eaux.



Compétences requises

  • Rigueur et réactivité

Chargé de surveiller que tout se passe bien, le technicien doit intervenir rapidement s'il détecte un problème. Rigueur et réactivité sont donc de mise.

  • Culture technique

Ses connaissances en chimie et en biologie lui permettent d'analyser l'eau. Ses compétences en mécanique, électromécanique et automatisme lui servent à diagnostiquer les pannes et à assurer la maintenance. De bonnes bases en physique l'aident pour utiliser l'instrumentation de mesures... Ce professionnel du traitement de l'eau doit posséder une large culture technique pour avoir l'oeil sur tout.

  • Disponibilité et sens du contact

Les astreintes de nuit, le week-end et les jours fériés obligent à une grande disponibilité. La gestion d'une équipe et le travail en commun avec la maintenance exigent du technicien des qualités relationnelles certaines.



Accès au métier

Le BTS est la principale voie d'accès au métier. Même s'il existe une mention complémentaire (MC) métiers de l'eau accessible après le bac, un diplôme de niveau bac + 2 est généralement demandé pour exercer la fonction de technicien d'exploitation de l'eau. Il n'est cependant pas indispensable d'être issu de ces filières spécialisées. Les sociétés d'exploitation ont tendance à diversifier les profils. Vous pouvez ainsi choisir un BTS, un DUT ou une licence professionnelle dans les domaines du contrôle industriel, de l'électrotechnique, de la chimie, de la biologie... Dans tous les cas, la réactualisation fréquente des connaissances est indispensable, ce métier étant en perpétuelle évolution technique.

Niveau bac + 1

  • MC métiers de l'eau

Niveau bac + 2

  • BTS métiers de l'eau
  • BTSA gestion et maîtrise de l'eau spécialité gestion des services d'eau et d'assainissement



Source  ONISEP 

Secteur(s) professionnel(s)

Fonction publique / secteur énergie / secteur du traitement et de la distribution des eaux / secteur sociétés d'ingénierie et d'études techniques

Centre(s) d’intérêt

Me déplacer souvent / coordonner l'activité d'une équipe / contrôler la qualité, expertiser / préserver l'environnement


Descriptif

Spécialiste de la mécanique des fluides, l'hydraulicien intervient dans la gestion de centrales hydroélectriques, de systèmes d'assainissement ou de réseaux
 

Faire venir l'eau à bon port, de la source à nos robinets... c'est la mission de l'hydraulicien. Spécialiste de la mécanique des fluides, il intervient dans la conception, la gestion et la surveillance de centrales hydroélectriques, de systèmes d'assainissement ou de réseaux d'alimentation en eau potable. Un savoir-faire auquel on est tellement habitué qu'il passerait presque inaperçu...

 

Nature du travail

 

  • Contrôle

L'hydraulicien intervient sur les systèmes d'assainissement de l'eau où il est chargé de contrôler l'efficacité des stations d'épuration et de planifier le curage préventif du réseau des eaux fluviales et usées.

  • Conception

Dans le domaine de l'alimentation en eau potable, il organise le service de distribution de façon à répondre 24 heures sur 24 aux besoins de la population. Son rôle : concevoir et suivre la réalisation des réseaux d'approvisionnement (depuis la station de pompage jusqu'au robinet des usagers) ; prévoir le comportement de l'eau dans un réseau de distribution ; calculer les débits, les pressions et le temps de séjour de l'eau dans ce réseau.

  • Surveillance du réseau
L'hydraulicien est par ailleurs responsable du bon état du réseau, ce qui l'amène à réaliser des travaux dans le cadre de branchements neufs, qu'il s'agisse de la production, du traitement et de la distribution d'eau potable ou de la récupération des eaux usées.

Compétences requises

  • Profil scientifique

L'hydraulicien doit bien connaître la réglementation sur l'eau et les différents acteurs du domaine. Il possède de solides compétences techniques en génie civil, géotechnique, hydrologie et topographie. Il doit savoir organiser des données, les intégrer dans un modèle mathématique, les interpréter pour en tirer des conclusions ou en faire une analyse critique.

  • Sens pratique

En plus des connaissances théoriques, ce professionnel souvent conduit à superviser des travaux sur le terrain doit posséder des qualités d'organisation et être en mesure de manager une équipe. Comme il peut avoir à effectuer des astreintes (la nuit ou en fin de semaine, par exemple, en cas de problème sur les installations ou les ouvrages), il doit aussi faire preuve d'une grande disponibilité

Accès au métier
Hydraulique, hydrogéologie, génie sanitaire, mécanique des fluides ou génie civil...la palette des disciplines pour accéder à la profession d'hydraulicien est vaste, à condition de poursuivre les études jusqu'au niveau bac + 5. Sans le titre d'ingénieur, point de salut ! Les écoles d'ingénieurs proposent l'aménagement hydraulique comme option ou spécialisation, souvent en dernière année d'études. L'une d'elles est spécialisée sur les questions d'hydraulique : l'Ense3 (École nationale supérieure de l'énergie, l'eau et l'environnement) de Grenoble.
Niveau bac + 5
  • Diplôme d'ingénieur


Source  ONISEP